La peste : mieux comprendre les mécanismes qui conduisent au blocage du tube digestif des puces

23 avril 2020

La compréhension des mécanismes qui conduisent au blocage du tube digestif des puces par le bacille de Yersin peut aider à contrôler la peste. Florent Sebbane, directeur de l’équipe « Plague and Yersinia Pestis » au Centre d’infection et d’Immunité de Lille (CIIL) – UMR Inserm 1019, et son équipe mettent en évidence les mécanismes physiopathologiques et moléculaires conduisant au blocage du tube digestif des puces. Ils publient leurs travaux dans la revue PLoS Pathogens du mois d’avril.

La peste est une maladie transmise par les puces et causée par le bacille de Yersin, Yersinia pestis. Le bacille se développe dans le tube digestif de la puce. Elle en obstrue la partie antérieure, appelée proventricule (le proventricule situé avant l'estomac est nécessaire à la bonne digestion chez les animaux qui le possèdent), bloquant le tube digestif et incitant la puce à piquer davantage : lors de morsures, des bacilles sont régurgités dans la plaie, assurant ainsi la transmission de la maladie.

Florent Sebbane et son équipe proposent un modèle dans lequel le blocage du tube digestif de la puce résulte d'une infection primaire du proventricule et non d’une colonisation secondaire et faisant suite à la colonisation de l’estomac.Dans le proventricule, Yersinia pestis induit, résiste puis consolide la formation d'une masse bactéricide. Cette masse est délogée de façon récurrente par un repas sanguin avant d’être ancrer fermement au proventricule et donc de l'obstruer définitivement.

L'induction, la résistance, puis la consolidation de la masse bactéricide dans le proventricule ont été rendues possibles par l'acquisition séquentielle de matériel génétique par les ancêtres de Yersinia pestis et par Yersinia pestis elle-même soulignant que l'évolution est un processus progressif ponctué de sauts soudains. 

Les résultats des travaux des chercheurs mettent en évidence les mécanismes physiopathologiques et moléculaires conduisant au blocage du tube digestif des puces. Ils montrent également que le rôle d'un gène comme rpiA change dans l'espace et dans le temps pendant une infection, en plus de souligner que l'évolution est un processus progressif ponctué de sauts soudains.


Retour à la liste des actualités
^ Haut de page
Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes