Communiques de presse

Horaires décalés et rythme biologique désynchronisé: facteurs de risque de maladies métaboliques

Un décalage entre le rythme biologique et le rythme comportemental observé chez les travailleurs postés semble être impliqué dans la prédisposition au développement de maladies cardio-métaboliques (obésité, diabète, athérosclérose, infarctus, insuffisance cardiaque)

Avec le soutien de la Métropole Européenne de Lille et la collaboration de la SATT Nord, l’I-SITE ULNE sélectionne ses tout premiers lauréats

Le 1er février 2018, l’I-SITE Université Lille Nord-Europe (ULNE) a clôturé sa première vague d’appels à projets. Avec cette première enveloppe de plus de 3,5 millions d’euros et le soutien volontariste de la Métropole Européenne de Lille (MEL), elle vient renforcer (sustain) l’excellence des recherches lilloises, étendre (expand) leur périmètre et favoriser leur valorisation.

L’horloge biologique, un allié de taille dans la lutte contre les maladies inflammatoires ?

Et si la manifestation et la gravité de certaines maladies inflammatoires dépendaient de l’heure qu’il est ? C’est sur cette hypothèse qu’ont travaillé des chercheurs de l’Inserm, de l’Institut Pasteur de Lille et de l’Université de Lille*, après avoir observé que la gravité et la mortalité de l’hépatite fulminante dépendaient du moment de la journée auquel la pathologie était induite. Leur étude, effectuée sur des souris et sur des cellules humaines, montre que  l’action anti-inflammatoire d’une protéine de l’horloge biologique permettrait de prévenir l’apparition de l’hépatite fulminante, d’en atténuer les symptômes et d’augmenter le taux de survie. Ces travaux sont publiés dans la revue Gastroenterology.

Voir la suite

*Unité Mixte de Recherche 1011 récepteurs nucléaires, maladies cardiovasculaires et diabète (Inserm, Institut Pasteur de Lille, Université de Lille)

Contact chercheur: Hélène Duez, Chargée de Recherche Inserm, Unité Inserm 1011 « Récepteurs nucléaires, maladies cardiovasculaires et diabète, Equipe « Récepteurs nucléaires dans le syndrome métabolique »

Le brunissement du tissu adipeux: vers un nouveau traitement qui pourrait guérir le diabète lié à l'obésité

Dans une étude publiée dans le journal Molecular Metabolism, l'équipe de recherche du Dr Jean-Sébastien Annicotte et du Pr Philippe Froguel de l'UMR 8199 intégrée dans EGID a montré que la perte du gène CDKN2A entraine un brunissement du tissu adipeux abdominal et une meilleure adaptation au stress métabolique, avec une résistance à l’obésité induite par un régime riche en graisse. Ces effets ont été confirmés dans des cellules souches humaines. Ces résultats suggèrent que le blocage de ce gène chez l’homme pourrait constituer une nouvelle piste pour le traitement de l’obésité et du diabète associé.

Un champignon comestible prometteur pour la lutte contre des maladies génétiques humaines

Un banal champignon pourrait-il aider à combattre certaines maladies génétiques ? Si surprenant soit-elle, c'est bien la découverte que viennent de faire des chercheurs français de l'Inserm, du Muséum national d'Histoire naturelle, du CNRS, de l'Université de Lille et de l'Institut Pasteur de Lille. En passant au crible de nombreux extraits, les chercheurs ont ainsi mis en évidence une activité significative d'un extrait du champignon Lepista inversa, sur trois lignées cellulaires isolées de patients atteints de mucoviscidose. Ces travaux sont publiés dans la revue Plos One.

Contact chercheur: Fabrice Lejeune, Chercheur Inserm, Laboratoire Mécanismes de la tumorigenèse et thérapies ciblées Institut de Biologie de Lille

Prise en charge des prématurés: le CHU Amiens-Picardie et le laboratoire GRAMFC* de l'UPJV réalisent un enregistrement de l'activité cérébrale d'une précision jamais atteinte en clinique

* GRAMFC : Groupe de recherche sur l’Analyse Multimodale de la Fonction Cérébrale, Unité de recherche de l’UPJV labellisée Inserm

Une première mondiale a été réalisée en juillet 2017 par le service d’exploration fonctionnelle du système nerveux pédiatrique du CHU Amiens-Picardie, en collaboration avec le laboratoire GRAMFC de l’Université de Picardie Jules Verne, et la société américaine EGI : un enregistrement électroencéphalographique Haute Résolution (EEG HR) à 128 électrodes chez un nouveau-né prématuré de 30 semaines d’âge gestationnel, d’une précision jamais atteinte en clinique.

Contact chercheur: Fabrice Wallois, Directeur du GRAMFC, Unité de recherche de l’UPJV labellisée Inserm et chef de service d'exploration fonctionnelle du système nerveux pédiatrique du CHU Amiens-Picardie

Chirurgie cardiaque: des chercheurs lillois ont découvert l'incidence du moment de la journée sur le risque de complications cardiaques

L’équipe lilloise des Professeurs David Montaigne et Bart Staels1 (Institut Pasteur de Lille/CHU de Lille/ Université de Lille/Inserm) a découvert un impact du moment de la journée sur l’incidence des pathologies cardiaques impliquant l’horloge moléculaire circadienne dans le cœur. Cette découverte découle des premières recherches effectuées dans les années 1970-80 mettant en avant l’existence d’une horloge moléculaire au sein de chaque cellule de l’organisme, récemment récompensées par le prix Nobel de Physiologie et Médecine 2017. Ces découvertes laissent entrevoir de nouvelles approches thérapeutiques dans la pathologie cardiaque, et plus précisément dans le contexte de l’ischémie myocardique. Ces travaux sont publiés dans la revue médicale The Lancet datée du 27 octobre 2017.

Contact chercheur: Bart Staels, Professeur à la Faculté de Pharmacie, Université Lille 2 - Directeur UMR Inserm 1011, Institut Pasteur de Lille & Université Lille Nord de France

Lutter contre l'acidité pour survivre: le bacille turberculeux n'a pas dit son dernier mot

La lutte contre les bactéries infectieuses nécessite la compréhension au niveau moléculaire des stratégies de défense, souvent très élaborées, qu'elles déploient pour désamorcer les défenses de l'hôte. Les équipes de Priscille Brodin au Centre d'infection et d'immunité de Lille et de Roland Brosch à l’Institut Pasteur, en collaboration avec Edouard Yeramian, montrent que pour lutter contre la défense acide, Mycobacterium tuberculosis peut détourner à son profit une voie cellulaire de l'hôte, afin d'induire l'expression d’une protéine conduisant à la dégradation de la pompe à protons. Cette étude a été publiée le 26 septembre 2017 dans la revue Cell Reports.

Voir la suite

Contact chercheur: Priscille Brodin, Directrice de Recherche Inserm, Centre d’Infection et d’Immunité de Lille (CIIL) UMR-S 1019 (structure CNRS, Inserm, Institut Pasteur de Lille et Université de Lille)

Sensibilité du cerveau à l’insuline : Découverte d'un rôle inédit de la protéine Tau

L’insuline est bien connue pour diminuer la glycémie lorsque celle-ci est trop élevée. Ce que l’on sait moins c’est que cette hormone sécrétée par les cellules pancréatiques joue un rôle important dans le cerveau en modulant la mémoire ou la prise alimentaire. David Blum et Luc Buée, de l’équipe « Alzheimer & Tauopathies » du Centre de Recherche Jean-Pierre Aubert (Université de Lille- Inserm- CHU de Lille), ont démontré que la protéine Tau était un régulateur des effets de l’insuline dans le cerveau. Tau, qui appartient à la famille des protéines associées aux microtubules, est l’une des protéines qui s’agrègent pour conduire à la mort neuronale dans de nombreuses maladies neurodégénératives dont la maladie d’Alzheimer. Ces travaux publiés dans The Journal of Experimental Medicine pourraient contribuer à mieux comprendre les troubles métaboliques associés aux maladies neurodégénératives dont la maladie d’Alzheimer.

Contact chercheur: David Blum, Directeur de Recherche, UMR-S 1172 Centre de Recherche Jean-Pierre Aubert équipe "Alzheimer et tauopathies" Labex DISTALZ

Cp_JEM-FINAL_200617 (103,3 ko) 

Le sirop contre la toux efficace en cas d’AVC

Habituellement utilisée comme traitement pour favoriser l’expulsion du mucus par les voies aériennes, des chercheurs de l’Unité Inserm 1237 « Physiopathologie et imagerie des maladies neurologiques » (Inserm/ UNICAEN) dirigée par Denis Vivien, ont démontré que la N-acétylcystéine (Mucomyst®, Exomuc®, Fluimucyl®…) était également capable de déboucher les artères obstruées par un caillot sanguin. Cette étude coordonnée par Maxime Gauberti et Sara Martinez de Lizarrondo, ouvre la voie à une nouvelle stratégie de traitement des accidents vasculaires cérébraux. Les travaux ont été publiés en mai dans Circulation.

Incontinence anale : une nouvelle thérapie pour une maladie taboue

Des chercheurs de l'Inserm ont testé avec succès une thérapie cellulaire visant à restaurer la capacité des sphincters à se contracter en cas d'incontinence anale. Dans le cadre d'un essai clinique mené en partenariat avec le CHU et l'Université de Rouen, 60 % des patients ayant bénéficiés de ce traitement innovant ont vu leur incontinence diminuée. Ces travaux sont publiés dans la revue Annals of surgery.

L’embryon humain comme vous ne l’avez jamais vu

Une équipe coordonnée par Alain Chédotal, directeur de recherche Inserm, au sein de l’Institut de la vision (Inserm/UPMC/CNRS) et Paolo Giacobini au centre de recherche Jean Pierre Aubert (Inserm/Université de Lille) vient de réaliser une série d’observations inédites de l’anatomie d’embryons humains âgés de 6 à 14 semaines. Une prouesse devenue possible grâce à la combinaison de deux techniques récentes d’immuno-marquage, de microscopie en 3D et une technique permettant de rendre les tissus transparents. Ces découvertes font l’objet d’une publication dans la revue Cell datée du 23 mars 2017.

CP

Tuberculose et antibiorésistance : des chercheurs lillois inventent un nouveau prototype de médicament

Des chercheurs lillois (Inserm, Université de Lille, Institut Pasteur de Lille, CNRS)* ont inventé un prototype de médicament (SMARt-420**) capable de supprimer la résistance à l’éthionamide, un antibiotique utilisé pour traiter la tuberculose. Ces travaux sont  publiés dans la revue Science*** datée du 17 mars 2017 et ouvrent une nouvelle voie dans la lutte contre la résistance aux antibiotiques.

*Centre d'Infection et d'Immunité de Lille sous la direction du Docteur Camille LOCHT, et le laboratoire  « médicaments et molécules pour agir sur les systèmes vivants », dirigé par le Professeur Benoît DEPREZ** Small Molecule Aborting Resistance*** “Reversion of antibiotic resistance in Mycobacterium tuberculosis by spiroisoxazoline SMARt-420”

Séparer le sel et le sucre pour prévenir le diabète

Des chercheurs de l’Unité Mixte de Recherche 1190 « Recherche Translationnelle sur le Diabète » (Université de Lille – Inserm – CHRU de Lille), dirigée par le Pr Pattou, ont expliqué le mécanisme physiologique par lequel la chirurgie de l’obésité dite « bypass » gastrique améliore le diabète de type 2 . Après un bypass gastrique, le sucre ingéré passe dans l’organisme uniquement lorsqu’il entre en contact avec la bile, dans la partie basse de l’intestin. Mais le fait d’ajouter du sel aux aliments restaure l’absorption du sucre dans la partie haute de l’intestin. Les chercheurs soulignent donc l’intérêt de prévenir ou de traiter le diabète en modulant l’absorption intestinale du glucose par des mesures diététiques ou pharmacologiques. Ces travaux sont publiés dans la revue Cell Metabolism.

TF1- JT de 20h du 25.02.2016

Conférence finale du projet Alcobinge

La conférence finale du projet européen de recherche de 2 millions d’euros sur le binge drinking Alcobinge (FEDER du programme Interreg IVA France-Manche Angleterre) a lieu au Logis du Roy -UPJV à Amiens le 17 juin 2013. Ce projet est coordonné par le Pr. Mickaël Naassila, Directeur du laboratoire GRAP Inserm ERI 24 à l’Université de Picardie Jules Verne, en partenariat avec le Département de Psychologie de l’Université du Sussex (UK) et le laboratoire DC2N Inserm U982 à l’Université de Rouen.

Première édition du congrès international sur l’immunité innée

En 2013, sera célébré l’anniversaire d’Albert Calmette qui a dédié sa vie à la lutte contre les maladies infectieuses. A cette occasion, le Centre d’Infection et d’Immunité de Lille (Inserm U1019) organise la première édition du congrès international sur l’immunité innée qui visera à réunir cliniciens et chercheurs de renommée internationale au cœur même de la ville de Lille qui a vu naitre le premier vaccin destiné à vaincre la tuberculose.

Lien entre la consommation de caféine et la maladie de Huntigton

Des équipes de l'Inserm et du CHRU de Lille/Université Lille 2 et du CHU d’Amiens/Université de Picardie Jules Verne viennent de publier une étude suggérant une association entre consommation de caféine et maladie de Huntington.

Que risque-t-on à boire jeune ?

L’addiction à l’alcool concerne environ 5 millions de français. Il est aujourd’hui très préoccupant de constater que la consommation d’alcool se banalise de plus en plus chez les plus jeunes, développant des pratiques dangereuses telles que le « binge drinking » (boire massivement et très rapidement).

L’obésité aggraverait les lésions associées à la maladie d'Alzheimer

Des chercheurs de l'Inserm et de l'Université Lille 2/Université Lille Nord de France viennent de fournir la preuve expérimentale de la relation entre l'obésité et les pathologies liées à la protéine Tau dans un modèle de neurodégénérescence de la maladie d’Alzheimer. Ces travaux réalisés chez la souris et publiés dans la revue Diabetes, datée du 18 décembre 2012, renforcent l’idée d’une contribution majeure des anomalies métaboliques dans le développement de démences.

Cp blum 070113 (238,0 ko) 

Un anticorps efficace dans le traitement des AVC

Denis Vivien, directeur de l’unité mixte de recherche Inserm - Université de Caen Basse Normandie - CiNAPS GIP Cycéron U919 «Sérine protéases et physiopathologie de l’Unité Neurovasculaire», et son équipe ont développé un anticorps qui pourrait être très efficace dans le traitement des Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC). Ces travaux bénéficient d’un éclairage dans « Nature Reviews Neurology » (Août 2011, vol 7 n8). Ils ont préalablement été rapportés en mai 2011 dans « Lancet Neurology» et en juin 2011 dans « Stroke ».

CPU919 (95,0 ko) 

Opération "Apprentis Chercheurs": Réconcilier les jeunes avec les sciences

Grâce à l’opération “Apprentis-Chercheurs”, des collégiens et des lycéens ont l’opportunité de découvrir les métiers de la recherche. Et ce, de manière pratique. A raison d’un mercredi après-midi par mois pendant huit séances, les élèves sont accueillis par des chercheurs dans un laboratoire. Ils participent à un projet de recherche. Les apprentis appréhendent ainsi le questionnement et la démarche scientifiques, mais aussi la vie d’un laboratoire.

Pour en savoir plus:

infopresse AC (487,6 ko) 
programme AC (1,0 Mo) 

L'exercice physique régulier prévient les pertes de mémoire

Des chercheurs ont montré l’effet bénéfique de l’exercice physique régulier chez des souris souffrant de pertes de mémoire et de lésions cérébrales, comme celles observées dans le cas de maladies neurodégénératives telle la maladie d’Alzheimer. Leurs travaux seront prochainement publiés dans « Neurobiology of disease » et sont actuellement disponibles sur le site Web de la revue

CP Tau 11 mai 2011 (83,7 ko) 

Hépatite C

Les derniers travaux de modélisation de l'équipe Avenir dirigée par Yazdan Yazdanpanah au sein de l'Unité Inserm U 995 ont fait l'objet d'un communiqué de presse de l'ANRS intitulé Hépatite C : l’arrivée de nouveaux traitements va augmenter de façon importante le nombre le patients à prendre en charge en 2012.

Ces travaux portent sur l'estimation du nombre des patients infectés par l’hépatite C qui seront à traiter avec les nouvelles molécules disponibles à partir de 2012. A la demande de l’ANRS, ces travaux ont été présentés au congrès de l’European Association for the Study of Liver (EASL) qui s’est tenu à Berlin du 30 mars au 3 avril 2011.
Voir communiqué de presse de l'ANRS

Barrer la route au paludisme

Une nouvelle classe de médicaments utilisés dans le cadre de la chimiothérapie contre le cancer est également active contre le paludisme. Chaque année, le paludisme affecte 250 millions de personnes dans le monde, et en tue entre 1 et 3 millions. Les efforts pour contrôler cette maladie ont été entravés par la propension du parasite à développer rapidement une résistance aux antipaludiques. Une fois dans le corps, il échappe au système immunitaire en se cachant dans les cellules du foie et du sang. Une classe de médicaments conçus à l’origine pour inhiber les voies de signalisation des cellules cancéreuses tuent également le parasite qui cause le paludisme. Cette découverte faite par les chercheurs de l’Unité conjointe Inserm-EPFL et publiée aujourd’hui dans la revue Cellular Microbiology permettrait de mettre en place rapidement une nouvelle stratégie pour combattre cette maladie mortelle.

Contact chercheur : Christian Doerig
Directeur de recherche Inserm
Unité Inserm 609 « Génomique fonctionnelle des parasites responsables du paludisme »

^ Haut de page
Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes